Les enjeux du voyage est un thème favori pour moi, c’est pourquoi j’ai eu envie de vous proposer cet article. Voyager est sans doute un désir majeur, voire une passion de la plupart des hommes sur tous les continents mais cela comporte également des enjeux forts.

Quoi de plus enthousiasmant que de s’émerveiller devant des beautés insoupçonnées !

Or chacun a sa propre conception du voyage. Nos périples s’apparentent-ils à des expéditions à visée ethnographique ou à des errances touristiques ?

Lévi-Strauss, né le 28 novembre 1908 à Bruxelles et mort le 30 octobre 2009 à Paris, est un anthropologue et ethnologue français. Il a raconté dans « Tristes Tropiques » sa première expédition chez les indiens du Brésil .Il y défend l’idée dans la préface de son ouvrage que l’homme doit savoir récolter les informations nécessaires à notre élévation d’esprit.

Pour lui, « ce n’est pas le côté touristique qui compte, c’est de rapporter des connaissances et des informations ».

3images
Claude Levi-Strauss

Chateaubriand écrit de son côté qu’un voyageur est une espèce d’historien; son devoir est de raconter fidèlement ce qu’il a vu ou ce qu’il a entendu dire; il ne doit rien inventer, mais aussi il ne doit rien omettre.

3332822-le-genie-de-chateaubriand
Portrait de  René de Chateaubriand

Pour d’autres grands voyageurs tel Nicolas Bouvier, les enjeux sont plus variés. C’est une expérience personnelle fondamentale car tout cheminement implique une rencontre avec l’autre et un travail sur soi-même.

oitéléchargement
Nicolas Bouvier, auteur de l’usage du monde

Qu’en est-il véritablement ? Quel éclairage sur le monde et sur soi-même le voyage nous apporte-t-il ?

16298634_255790458188879_6831217531638727979_n

Selon moi, partir et visiter des lieux inconnus est un moyen de découvrir des pays et leurs habitants, de prendre du plaisir et de se détendre. Mais c’est aussi et surtout pour s’immerger dans des contrées moins touristiques et auprès de ses habitants, partager leur condition de vie, leur culture, leurs usages et leurs avancées dans la société.

Prendre la décision d’arrêter toutes ces activités pour voyager n’est pas anodin. C’est un grand livre que l’on ouvre et que l’on ne fermera qu’à la dernière page. Ce voyage peut être bref et proche de son périmètre géographique, ou bien être lointain et long en termes de temps passé en dehors de chez soi.

Dans ce dernier cas, l’implication dans son désir absolu « d’ailleurs » est beaucoup plus intense.

Nous ne sommes plus dans l’anodine recherche de liberté ou de sensations fortes, nous voulons tout modifier dans notre vie quotidienne quitte à subir des revers, solitude ou séparation d’avec les êtres aimés.

La possibilité de voyager plusieurs mois dépend donc d’une disposition personnelle où nous réussissons à rompre toutes les attaches professionnelles ou familiales.

 

Publicités

Un petit message pour dire ce que vous pensez de cet article ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s