Comment découvrir Marrakech, la ville rouge – jour 1 et 2 ?


Je suis arrivée hier à Marrakech et je vous relate mes aventures dans mon premier billet  « Aller à Marrakech, via Casablanca« .

Hier soir, j’ai fait la connaissance de ma chambre, je suis satisfaite, Internet fonctionne correctement. Elle se trouve non loin de la gare ferroviaire SNCF qui est un bâtiment assez majestueux aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur.

Journal de voyage de Béatrice Monge
Les différents quartiers de Marrakech

C’est le lendemain matin, mon Smartphone a ajusté l’heure, car il y a un décalage horaire d’une heure (- 1 heure par rapport à la France).

Enthousiaste à l’idée de découvrir mon environnement et cette ville dont j’entends parler depuis longtemps, je suis prête rapidement.  Marrakech, surnommée la Ville rouge  ou la ville ocre, est située dans le centre du Maroc, dans l’intérieur des terres, au pied des montagnes de l’Atlas.

Le surnom de la ville rouge fait référence à la couleur rouge d’une grande partie de ses immeubles et ses maisons.

Immédiatement, je suis charmée par l’ambiance du lieu. Malgré, l’énorme centre urbain, les longs boulevards sans feu pour traverser, les  nombreuses avenues et la circulation intense, les infrastures de transport et routières qui nécessiteraient des investissements, l’agressivité climato-environnementale qui affecte aussi bien la santé que le patrimoine historique,  les nombreuses surprises sont autant de consolation et de contentement.

Point environnement : Marrakech aurait, selon certains médias, un problème de pollution de l’air qui est générée par le transport et l’implantation d’un ensemble d’unités artisanales de potiers industriels, car ces unités utilisent des combustibles polluants qui dégagent des fumées denses et noires.
Journal de voyage de Béatrice Monge
Le quartier des tanneurs

Pas trop audacieuse, je parcours tout d’abord les rues adjacentes à mon habitation, puis  je deviens hardie et je commence à découvrir la ville à ma manière, c’est-à-dire que je prends mon temps. J’aime respirer dans les quartiers pas trop touristiques, représentatifs à mon sens, de la vie à la marocaine, avec tout ce qu’elle a de naturel et d’authenticité.

  • Ainsi, j’aperçois, au détour d’une rue, un café littéraire  » le Karma café« . Niché au rez- de -chaussée de l’Hôtel Amani, Karma est le nouveau restaurant & café littéraire de la ville ocre. Quel plaisir pour l’amoureuse de littérature que je suis !

P1020915

  • Dans la rue perpendiculaire à la gare, je remarque un vendeur avec des bonbonnes de gaz, qui fabrique des sandwichs avec des pommes de terre, un oeuf et un morceau de fromage. Je lui demande s’il peut me vendre deux pommes de terre. Et hop, le tour est joué pour mon repas de ce soir.
  • Non loin de lui, un vieux marocain est installé avec du cirage et une brosse sur un tabouret. N’ayant pas de client, il encaustique ses belles chaussures en cuir. Dommage, je porte des sandalettes d’été.
  • Toujours dans ce quartier, un homme est assis sur un dépliant. Il a accroché un carton au-dessus de sa tête pour se protéger de la pluie. Nous rions ensemble à mon passage.

Point info : comme ailleurs au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, le chômage est globalement élevé au Maroc, autour d’un taux de 9 %, et particulièrement important chez les jeunes en milieu urbain, où il atteignait 38,8 % en juin 2016. La pauvreté, quant à elle, ne reculerait pas. En effet, 50% de la population vivant au-dessus du seuil de pauvreté est considérée comme  » économiquement vulnérable  » aux maladies et invalidités, aux intempéries, ou à la perte d’un emploi. pour en savoir plus : suivre ce lien

  • J’ai également parcouru  longuement le jardin « El Harti » situé dans le quartier de l’hivernage, qui est un enchantement pour les sens.  Réhabilité, il recèle une quantité d’arbres et d’arbustes remarquables dont certains sont presque centenaires: palmiers, oliviers, bigaradier, ficus, caranbiers. Le relevé phytosanitaire, réalisé récemment par le service des Plantations montre la richesse botanique de ce site.

 

 

  • Tout en marchant et en traversant sans le savoir le quartier Guéliz, j’entrevois un marchand ambulant qui presse des grenades. Des  vacanciers sont agglutinés près du jeune garçon qui presse les grenades avec un ustensile  » fait main » sous nos yeux ébahis. Il mérite bien ses 40 DIR car boire un verre bien rempli de ce jus frais en pleine journée est un vrai délice.  Le jeune homme est ravi, il a servi beaucoup de touristes.

Tout à côté, dans le même secteur marchand du quartier Guéliz, beaucoup d’étals séduisent mon oeil de voyageuse captivée par cette ville : des fraises, des oranges, des myrtilles, des framboises. Les couleurs, l’exotisme, tout est là.

Par contre d’autres visions sont surprenantes : je vois souvent dans Marrakech des charrettes remplies et même chargées de  divers objets. Images insolites ou problème environnemental . La réponse ci-dessous ?

P1020913

Point environnement : les déchets solides menaceraient également l’environnement de la ville. La majorité des décharges seraient sauvages, mais un effort important de la part du royaume permettrait de remédier à cela. Voir article sur la COP 22 pour en savoir plus !

Le quartier Guéliz, c’est la « nouvelle » ville. Hors des remparts et créée sous le protectorat français, elle s’étend autour d’un axe principal : l’avenue Mohammed-V, longue de plusieurs kilomètres, qui relie la Koutoubia au djebel Guéliz, une petite montagne sèche. Les grands hôtels, loueurs de voitures, boutiques modernes et grands cafés s’y regroupent.

La suite des aventures dans ce billet – (comment découvrir Marrakech, la ville rouge jour 3)

Béatrice

 

Publicités

2 réflexions sur “Comment découvrir Marrakech, la ville rouge – jour 1 et 2 ?

Un petit message pour dire ce que vous pensez de cet article ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s